Picala, un nouveau départ ! (Art 1)

Bonjour à tous,

Vous avez soutenu l’association Escal en achetant des épices. Nous vous en sommes reconnaissants et nous nous efforçons d’utiliser ces contributions au mieux. Depuis maintenant 3 années  des membres d’Escal se déplacent, 4 fois par an, vers la palmeraie de Skoura dans le sud Marocain. 

Cette agglomération, proche d’Ouarzazate, compte près de 40 000 habitants. La majorité d’entre eux reste pauvre, vivant d’une agriculture dépendante des aléas de la sécheresse. Même si des efforts ont été réalisés par le Royaume Marocain dans l’accès aux soins pour tous, l’hygiène publique ou le renforcement du tissu associatif local, nous sommes conscients que l’aide au développement a bel et bien toute sa place à Skoura.

Ainsi avec nos partenaires, nous initions des projets pour répondre aux demandes locales, dans la mesure du possible. Dernièrement, nous avons défini les contours d’un nouveau défi appelé « Picala ». Il s’agit du premier projet d’Escal qui prend compte l’analyse globale du territoire pour répondre aux attentes de la population. L’objectif est de créer une activité touristique qui  favorisera le développement économique et sociale de l’agglomération.  Pour ce faire, nous devons fonder des réseaux, mobiliser de nouveaux partenaires marocains, analyser l’existant et apporter un appui stratégique aux acteurs marocains sur place. « Picala » ne se limite pas à la mise en place de circuits VTT dans la palmeraie. Il doit intégrer les problématiques sociales du territoire en favorisant une économie sociale, un tourisme équitable et un développement durable et solidaire !

Ce projet comme les précédents, se doit de respecter les valeurs de l’association Escal que sont : la solidarité, la mutualisation des savoirs et des compétences, l’échange interculturel, la tolérance et le respect.

« Le plus grand bien que nous faisons aux autres hommes n’est pas de leur communiquer notre richesse, mais de leur révéler la leur. » Louis Lavelle.

C’est dans  ce cadre que deux étudiants en master de politique sociale et de santé publique de l’Université de Bretagne Sud vont se rendre à Skoura pendant 7 semaines. Ils sont missionnés par l’association pour réaliser un diagnostic territorial et élaborer le plan d’action du projet Picala.