Picala : Passer à l’action (Art 5)

Nous débutons la mise en œuvre du projet picala. La durée prévue est d’environ 18 mois. La création d’une activité génératrice de revenus sera associée à des actions de sensibilisation pour préserver la palmeraie.

L’activité de loisirs prendra la forme d’une SARL et doit, à moyen terme, bénéficier aux acteurs touristiques en attirant du monde à Skoura. Il faut communiquer sur un produit innovant pour découvrir autrement : des circuits VTT et pédestres thématiques et guidés par des Skouris formés et passionnés !

Les actions de sensibilisation seront réalisées dans le cadre associatif au bénéfice de tous. Elles visent à mettre en lumière les menaces qui pèsent sur l’environnement et débuter une communication pour le changement de comportement. C’est un investissement pour le futur. Il ne faut pas attendre de résultats immédiats. C’est un processus lent mais durable, et à approprier par la population. L’acteur est le bénéficiaire. La préservation du site naturel s’inscrit dans une logique de développement mais aussi dans une logique commerciale. Quel touriste viendra à Skoura si la palmeraie devient plus dense en déchets qu’en palmiers, en béton qu’en pisé ? Il est possible d’agir davantage pour sauvegarder ce patrimoine extraordinaire.

Voici donc la déclinaison des deux axes du projet picala ! Nous cherchons à répondre au mieux aux attentes du territoire. La population a une image positive du tourisme. Le tourisme est le principal levier de développement. Le développement de Skoura est une nécessité pour améliorer le niveau de vie des habitants. Les habitants ont soif d’ouverture culturelle mais veulent préserver leur patrimoine, c’est-à-dire leur culture, leur tradition, leur palmeraie et leur architecture. Le tourisme est un moyen de conserver et de transmettre le patrimoine. La majorité des acteurs touristiques et des responsables locaux adhèrent au projet.

Notre projet est concret et réalisable. Il y a aura encore des freins, des résistances et des fragilités, mais voici venu le temps d’agir.