Picala : Premier défi relevé par ASF

Une idée germée, poussée, fleurie… le projet lancé, retombé, reparti… puis la conviction qu’à plusieurs, on peut cesser de rêver et y croire, s’était peu à peu affermie, installée, imposée comme une évidence et une chance pour tous les partenaires.

Après des semaines balisées d’élans et de doutes, d’étapes et d’échanges successifs entre les membres d’ASF et d’ESCAL, ceux-ci se sont rencontrés dès notre arrivée à Skoura,  dimanche 19 février, en soirée. Afin d’inaugurer l’ouverture du local le mardi 21 février à 15 heures, un vrai défi était lancé aux amis sans frontières. En un jour et demi, il leur fallait trouver un moyen pour transporter les vélos stockés chez Talout vers le local de Driss Ben Morro loué pour l’activité et acquérir le matériel pour aménager le local et l’installer(cloison de séparation en bambou, bureau, chaises, mobilier pour accueillir, panneaux d’information, affiches de décoration, supports pour disposer les vélos…), discuter des tarifs et de la gestion administrative avec Damien et Dominique, lancer les invitations à tous les partenaires locaux ayant soutenu le projet. Le programme ne laissait aucun répit. Visitant le local vide le lundi, les membres d’ESCAL suggéraient même que plus tard, repeints en blanc, les murs y auraient encore bien plus belle allure et le portail bleu pouvait aussi s’habiller de neuf.

A 13 heures, mardi, inimaginable, « magique » : non seulement le matériel de réparation et les casques bien rangés, les vélos alignés, le mobilier avaient pris leur place, mais c’est sur un mur blanc fraîchement repeint, un portail marron à la peinture encore à peine sèche que la belle affiche activité PICALA faisait la promotion de l’activité.

Successivement, Toufiq au nom d’ASF, les responsables  de l’association touristique de Skoura, le vice président du tissu associatif, Dominique au nom d’ESCAL, rappelaient la genèse puis le soutien pour cette activité VTT chargée de promouvoir les attraits naturels et patrimoniaux de la palmeraie de Skoura. Les aînés invitaient à la nécessité d’avancer avec sûreté et vigilance dans la qualité de la prestation et le respect de tous. Au prix de tours et de détours, à l’image des itinéraires de découvertes proposés par les membres d’ASF, il importera pour tous le partenaires de tâtonner encore, de chercher, de rectifier, d’avancer « ensemble », toujours à l’écoute de la juste parole de l’autre, celle qui rappelle qu’on est tous « responsables » de « ce » et « ceux » que l’on a apprivoisés comme le confiait Antoine de Saint-Exupéry, longtemps écrivain du désert. Il ajoutait dans Terre des hommes, ces paroles offertes à notre admiration et pourquoi pas à notre motivation : « être homme, c’est précisément être responsable, c’est savoir en posant sa pierre que l’on contribue à bâtir le monde ».

Observatrice extérieure, ayant vu et entendu la ruche s’animer depuis l’esquisse du projet, ayant été témoin de tant d’énergies déployées, retombées, ravivées, je reste impressionnée et fière par ce 1er pas d’ASF, même si tout reste à faire encore.