Une adaptation à tout moment

 Le lundi 12 novembre, nous avons débuté notre première journée à l’école du centre de Skoura. Nous nous sommes préalablement entretenues avec les différents professeurs présents afin de nous mettre d’accord sur l’organisation de notre stage. Le matin nous interviendrons pour donner des cours de français aux élèves de 5ème (le lundi) et de 6ème (le mardi et le jeudi). L’après-midi nous seront présentes afin d’animer des séances de soutien avec les élèves qui en ont besoin.

Comme convenu, nous avons travaillé sur la leçon prévue par le programme, c’est-à-dire une lecture documentaire sur la Tour de Pise (45 minutes) et de l’expression écrite pour apprendre à réaliser une fiche de renseignements (45 minutes). Tout s’est très bien passé.

L’après-midi, en ce qui concerne le soutien, nous avons travaillé sur ce qui avait été abordé le matin. Les élèves semblaient réceptifs et motivés. Cela a facilité notre intervention.

Le mardi 13 novembre, nous nous sommes rendues à l’école pour étudier, avec les élèves de 6ème, la rédaction d’un message (expression écrite). Nous avons d’abord travaillé sur les différentes parties le constituant à savoir : l’émetteur, le contenu et le récepteur. Ensuite, chaque élève devait rédiger individuellement un mot. A travers cette session,  nous nous sommes aperçues que le niveau en français était assez faible pour des élèves en dernière année de primaire. C’est pourquoi, la séance de soutien de l’après-midi nous a permis d’agir plus en détail en prenant le temps nécessaire à la compréhension de tous.

Le mercredi, nous sommes arrivées au complexe culturel à 9h pour accueillir les femmes souhaitant apprendre la langue française. Nous espérions que l’effectif soit plus important que la semaine dernière. Finalement, elles n’étaient que deux ! Malgré cette faible participation, nous avons tout de même mené notre séance comme nous l’avions envisagée : de 9h à 10h30 échange à travers les questions en lien avec notre mémoire de stage et de 10h30 à 12h exercices de français sur les temps et à travers des recettes de cuisine.

L’après-midi, nous devions nous rendre à la maison d’avenir pour donner un cours d’informatique. Celui-ci a été annulé dû au fait que la responsable soit absente. Pour nous occuper et ayant soif d’apprendre de la culture marocaine, nous avons demandé à Aziza de nous montrer comment préparer un tajine. Elle nous a expliqué ce qu’il fallait faire puis nous nous sommes exécutées…Ce fut un régale tant pour les yeux que pour les papilles !

Le jeudi 15 novembre, nous devions travailler avec les 6èmes . Ces derniers étant en évaluation, il nous a été demandé de les surveiller. Lors de la récréation, nous avons demandé à l’enseignante de 3ème s’il était possible d’assister à son cours. Elle a accepté sans hésitation.

A notre retour à l’école l’après-midi, nous avons travaillé sur la consolidation des acquis avec les élèves de 5ème. Au programme : travail sur la ponctuation en orthographe et sur les temps en conjugaison. A 14h30, nous avons retrouvé les 6èmes pour corriger l’évaluation qui leurs avait été donnée le matin-même. Ils ont trouvé ce contrôle difficile, c’est pourquoi nous avons revu les points importants à travers des exercices en groupe-classe.

Après l’école, nous nous sommes arrêtées à la bibliothèque dans le but de trouver des ouvrages se reportant à la condition des femmes au Maroc.

Le vendredi 16 novembre, jour du nouvel an (nous sommes en 1434 !), nous avons consacré notre matinée à travailler sur nos dossiers.

L’après-midi, nous sommes allées à Ouarzazate accompagnées de trois membres d’ASF. Nous avons visité la ville et notamment les studios de tournage. A travers ces derniers, nous avons pu nous rendre compte des décors utilisés dans certains films, tels que Astérix et Obélix mission Cléopâtre, Ben Hur ou encore Indigènes. Après quelques achats nous sommes rentrées pour déguster un excellent couscous chez Aziza !

Le samedi 17 novembre, comme la veille, notre matinée a été studieuse. Dans l’après-midi, après un petit goûter gentiment préparé par notre hôte, nous nous sommes rendues au centre de Skoura à pied. Là, nous avons rejoint plusieurs membres d’ASF. Nous avons fait quelques courses au marché pour le dînet, puis nous avons pris la route (en fourgonnette) direction Sidi Flah pour y passer la nuit.

Pour finir la semaine en beauté, nous nous sommes baladées sur les chemins escarpés de Sidi Flah. Cela nous a permis de nous revigorer avant de reprendre les chemins de l’école le lendemain.  Ne disposant pas de moyens de transport pour nous ramener au centre de Skoura, nous n’avions pas d’autre solution que de marcher. Après quelques dizaines de minutes, nous avons rencontré un aimable routier qui a accepté de nous conduire à notre destination… Quelle aventure !

Mylène et Manon