Partenariat avec la Maison d’Avenir – Projet couture

IMG_0401

Escal et la Maison d’avenir discutent autour du développement de la couture

Comment l’activité couture à la Maison d’Avenir peut-elle être source de revenus durables pour les familles, pour l’association et peut participer à la valorisation de cette structure sur le douar de Magramane

Constats de départ, par Jeannette, lors du voyage solidaire et intergénérationnel, en 2015 : les produits réalisés ne peuvent être proposés en tant que tels, à la vente, aux touristes de passage. L’espace d’exposition ne met pas en valeur les productions réalisées par les membres de l’association ; la nature des produits ne correspond pas aux attentes des touristes de passage sur Skoura ; le réseau de vente possible n’est pas identifié …

D’où l’idée de poser un diagnostic sur cette activité, de comprendre les attentes des femmes de la Maison d’Avenir et d’évaluer les possibilités d’évolution de l’activité en y intégrant les atouts, les besoins et les limites.

Au niveau d’ESCAL, une équipe « Projet couture » autour de Linda s’organise avec la participation de Jeannette, Claudine, Léa, Sissi, Lucille.

Un premier entretien est mené par Sissi, en mai dernier. Il est complété par une rencontre, en juillet, avec 5 femmes qui participent régulièrement à l’atelier couture. Cette rencontre est animée par Dominique.

 

Eléments formels descriptifs permettant de présenter l’atelier couture – Mai 2016

L’atelier fonctionne toutes les semaines, au minimum 2 à 3 fois par semaine. Il accueille entre 15 et 20 personnes. Ce sont surtout les jeunes femmes qui y participent.

Généralement, les femmes réparent les robes, les fermetures. Elles fabriquent également des vêtements qu’elles vendent parfois aux touristes. Mais cela arrive rarement.

Le problème à ce jour concerne le cout des réparations des machines (20 DH par machine)

 

Rencontre avec 5 femmes (Radija, Aziza, Bouchra, Rachida, Samira) de l’atelier couture le 15 juillet 2016 avec Dominique

Approche suivant 3 axes :

  • Ce que je fais
  • Ce qui me motive
  • Ce que j’espère

Avec le soutien de Toufiq

IMG_0404IMG_0402

 

Analyse de l’activité à travers: Je participe à l’atelier couture : ce que je fais ?

J’y viens combien de fois par semaine – nombre d’heuresPendant l’atelier, je réalise quoiQui est à l’origine de la commandeJ’utilise quel matériel, quels outils
Le temps passé par semaine est variable d’une femme à l’autre

Cela va de 2 heures par semaine à 2 heures par jour sur 4 jours, soit 8 heures par semaine

La nature des réalisations est conditionnée par les centres d’intérêts des femmes

On retrouve en particulier

Le travail de la laine pour réaliser du tricot, des pulls, des enveloppes de coussins,

La broderie pour décorer les théières, les nappes

Le crochet pour les nappes et les petits objets

Le macramé pour des objets décoratifs

Des réparations de tout genre

La récupération de tissu

Des pulls en laine avec des aiguilles à tricoter

Tout le monde ne fait pas la même chose

L’origine de la commande est variée

Il y a des discussions à l’intérieur de l’atelier pour proposer des réalisations

Cela peut aussi venir d’une personne qui a envie de réaliser quelque chose

Il y a aussi des commandes et cela va à la personne qui maitrise la technique

Des aiguilles

Du fil

Des crochets

La machine à coudre

La machine à tricoter

Un support sous forme de cercle pour la broderie

De la laine (stock dans l’association)

Du tissu acheté à Ouarzazate en fonction des besoins et des produits confectionnés

 

IMG_0400

Analyse des motivations autour de l’activité couture : Ce qui me motive en participant à cet atelier couture à la Maison d’Avenir

 

Pourquoi je participe à cet atelierComment cet atelier met en valeur les activités de la Maison d’AvenirDans le fonctionnement de cette activité quelles sont les difficultés que je peux rencontrer et pourquoiDans quelles mesures cette activité est génératrice de revenus pour soi, pour la famille, pour l’association
Apprendre la couture

C’est aussi une occupation

Côté financier, cela rapporte un peu de revenus

C’est aussi un loisir

Cela permet de découvrir quelque chose de nouveau, de faire de nouvelles expériences

 

C’est l’atelier qui a fait connaitre l’association dans sa globalité. Par la suite les femmes se sont tournées vers les autres activités de l’association

Grâce à ce projet, l’association bénéficie d’un local

C’est aussi l’opportunité de participer à des manifestations comme des festivals, des expositions

Cet atelier valorise les partenariats avec d’autres structures

La nature des difficultés est variée

D’abord des problèmes techniques liés à l’entretien des machines quand elles tombent en panne. Le réparateur sur Skoura ne semble pas très fiable

Pb techniques également dans l’utilisation de machine neuves sans connaitre leur fonctionnement – pas de formation dans ce domaine

Le manque de formation s’analyse à plusieurs niveaux

Au niveau de l’atelier lui- même et l’utilisation des outils

Au niveau aussi de la commercialisation des produits. Cela bloque la production

Le manque de ressources financières pénalise la possibilité d’investir dans du matériel et de la formation

Se former dans le domaine de la commercialisation des produits en tenant compte de l’offre, des besoins des acheteurs

Pb de gestion globale de l’atelier

 

Cela rapporte globalement combien aux personnes, à l’association ?

Globalement, cela ne rapporte pas grand-chose

Cela n’est pas déterminé à l’avance

Pour une femme cela peut rapporter 60 DH par an, pour une autre, 50 DH pour l’année

Pour l’association, cela peut rapporter en net 200 DH

 

 

Approche de perspectives de développement de l’activité : Ce que j’espère à l’avenir

Qu’est ce qui selon vous peut être amélioré pour un meilleur fonctionnement de cette activité et pourquoiQuels sont vos souhaits dans la réalisation d’actions nouvelles dans le domaine de la coutureComment peut-on, selon vous, améliorer la vente des produits proposés par l’atelier coutureCe que vous pouvez attendre du partenariat avec ESCAL
Cela concerne les domaines de la formation

Formation pour connaitre de nouvelles techniques

Etude de marché

Commercialisation des produits

Besoin de chercher d’autres clients pour améliorer les ventes

Besoin de financement pour relancer l’activité avec plus d’ambition

Apprendre à réaliser des vêtements traditionnels comme des djellabas et des caftans

Faire de la couture moderne

Produire des choses en lien avec le besoin du marché et l’exporter à l’étranger

Produire quelque chose de conforme à l’attente des clients

Il faut certainement améliorer le produit lui-même

Il faut mieux connaitre les attentes du marché

Assurer des formations au niveau de la couture

Aider à la commercialisation des produits

Aider dans l’acquisition de la matière première

Faire la publicité des produits proposés à la vente

Prendre en charge les salaires des formatrices

Favoriser la vente des produits par le site d’ESCAL